vendredi 3 juin 2016

Vin: la Chine reconnaît 45 appellations bordelaises

La lutte anticontrefaçon prend un tournant en Chine. Un an après avoir reconnu l'indication géographique viticole « bordeaux », Pékin a officialisé la reconnaissance de 45 des 57 appellations de Bordeaux en tant qu'indication géographique, dont le prestigieux Saint-Émilion. Jusqu'à présent, seules cinq indications géographiques en vins et spiritueux étaient reconnues par la Chine, à savoir Cognac, Champagne, Napa Valley, Scotch Whisky et Tequila.

Vin: la Chine reconnaît 45 appellations bordelaises


Qu'est-ce qu'une Indication géographique ?



Selon la définition figurant à l'article 22:1 des accords internationaux sur la protection des droits intellectuels (ADPIC), une indication géographique: 
  • est un signe utilisé pour identifier un produit en provenance d'un lieu spécifique, 
  • qui pourrait être: le territoire de ce pays, une région, ou une localité de ce territoire;
  • ayant: une qualité déterminée, une réputation, ou d'autres caractéristiques, qui sont essentiellement dues à cette origine géographique.

Un « signal fort » pour la filière viticole


La filière des vins de Bordeaux peut se réjouir, la Chine a annoncé la reconnaissance de 45 appellations de vins de Bordeaux. Cette décision devrait permettre de mieux combattre les contrefaçons sur un marché chinois très important.

En effet, les bordeaux sont les vins français les plus connus en Chine. La contrepartie de ce succès est l'existence d'un important marché de la contrefaçon. Des vins médiocres déguisés plus ou moins bien en crus authentiques sont légion dans le pays, et les consommateurs peu avertis. Pour Fabien Bova, le directeur général du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux — CIVB —, cette annonce est un « signal fort » qui offrira à la filière de meilleures armes pour combattre les « détournements de notoriété ».

Malgré « une certaine prise de conscience », la contrefaçon reste pratiquée à grande échelle en Chine. Selon un rapport du ministère du Commerce extérieur, il y a « plus de vins français contrefaits en Chine que de vins non contrefaits et la situation ne cesse d'empirer. [...] La grande majorité des contrefaçons sont le fait des importateurs et des distributeurs de vins et spiritueux qui cherchent à diminuer leurs prix d'achat ».

Bernard Farges salue « la forte mobilisation et le travail approfondi » de l'administration générale de la supervision de la qualité, l'inspection et la quarantaine — AQSIQ —, en charge notamment la qualité, l'inspection, la quarantaine des produits alimentaires, la normalisation et reconnaissance par la loi chinoise des processus de fabrication des produits, la reconnaissance et le suivi des indications géographiques. Le CIVB annonce d'ailleurs qu'il va poursuivre sa collaboration avec l'AQSIQ afin de pérenniser cette coopération pour tirer pleinement parti de cette protection et donner la possibilité aux autorités chinoises de lutter contre les usages abusifs.

Vin: la Chine reconnaît 45 appellations bordelaises
© PH DR

Pour Stéphane Le Foll, ministre français de l'Agriculture qui était à Pékin pour l'occasion confirme l'importance de cette décision : « La reconnaissance officielle [...] signifie des moyens supplémentaires pour défendre ces indications et appellations devant la justice chinoise ». Pour le ministre, bien que les exportations de bordeaux rouge ont reculé en 2014, les volumes exportés ont progressé de 34 % l'an dernier.

D'après le CIVB, la Chine est le premier marché extérieur en volume et en valeur pour les vins de Bordeaux. En 2015, 63.8 millions de bouteilles de vin ont été envoyées dans le pays — cela représente 24 % des exportations de vins de Bordeaux — pour un chiffre d'affaires de 277 millions d'euros. Bordeaux est la première région viticole au sein des importations françaises en Chine.

« Le danger, c'est une crise sanitaire »


Afin de préparer le salon viticole de Chengdu, une centaine de policiers avaient été formés à reconnaître les contrefaçons, grâce à la coopération des professionnels bordelais. Ce salon des vins et spiritueux est devenu une manifestation incontournable en Chine. Comme dans n'importe quel salon en Chine, il y a la version officielle et la version beaucoup moins officielle. Selon un officiel français, les professionnels reconnus mettent en avant leurs produits sur des stands « de mieux en mieux tenus ». Le risque de tomber sur une contrefaçon est « de plus en plus difficile », mais aux abords du salon, « on voit de tout ».

Vin: la Chine reconnaît 45 appellations bordelaises
© REUTERS/Stringer 

Pour Bernard Farges, président du CIVB, le problème des contrefaçons ne se limite pas à un manque à gagner : « Plus qu'un préjudice économique [...] le danger, c'est une crise sanitaire » qui aurait des conséquences lourdes sur la réputation des crus français. En 2008, le scandale du lait à la mélamine a traumatisé la société chinoise. Pour Fabien Bova, un scandale similaire dans la filière viticole serait un « préjudice abominable ».


Après la reconnaissance en 2009 de l'appellation Cognac et Champagne, Stéphane Le Foll est satisfait de cette nouvelle : « On observe une convergence entre la Chine et la France sur le concept d'indications géographiques protégées » des produits agricoles. Avec la reconnaissance officielle de ces 45 appellations, l'ensemble de la production des vins tranquilles peut désormais utiliser le levier juridique pour mener une lutte active face à la contrefaçon. Pour le moment, les crémants ne sont pas concernés, mais représentent peu de volumes.

Un faux échange de bon procédé


Pour que Pékin reconnaisse dix appellations européennes, dont le comté, le roquefort ou encore le jambon de Parme, l'Union européenne a dû reconnaître en contrepartie dix indications géographiques chinoises, dont la pêche de Pinggu et le thé Longjing.

L'objectif est d'établir une jurisprudence complète avec les autorités chinoises. Une Appellation d'Origine contrôlée (AOC) identifie un produit dont les étapes de fabrication sont réalisées dans une même zone géographique et selon un savoir-faire reconnu. La reconnaissance de la Chine des appellations est alors un véritable enjeu pour les professionnels du vin de Bordeaux. Elle facilitera la caractérisation des délits, le principal problème en matière de contrefaçon. Le gouvernement chinois a mis en place trois juridictions spécialisées à Shanghai, Canton et Tianjin devant lesquels les affaires pourront être portées.

Bien que cette reconnaissance soit une bonne nouvelle, le chemin est encore long avant d'obtenir un résultat satisfaisant pour les vins français. En effet, il faut noter que les droits de douanes chinoises imposés aux vins européens sont fixés à 14 % et auxquels il faut ajouter des taxes locales à la consommation — pouvant faire grimper le prix de 48 % —... Les vins chiliens et bientôt australiens en sont exemptés, leur permettant d'afficher un prix aux consommateurs plus faible.





Voici la liste des 45 appellations reconnues :

Bordeaux – Barsac – Blaye - Côtes de Bordeaux - Blaye Côtes de Bordeaux - Cadillac Côtes de Bordeaux - Castillon Côtes de Bordeaux - Francs Côtes de Bordeaux - Bordeaux Haut Benauge - Bordeaux supérieur – Cadillac - Canon Fronsac - Côtes-de-Blaye - Cérons - Côtes de Bordeaux Saint Macaire - Côtes-de-Bourg / Bourg / Bourgeais - EntreDeux-Mers - Entre-Deux-Mers Haut Benauge – Fronsac – Graves - Graves de Vayres - Graves Supérieures - Haut Médoc - Lalande de Pomerol - Listrac Médoc – Loupiac- Lussac Saint- Emilion – Margaux - Médoc - Montagne Saint-Emilion - Moulis ou Moulis en Médoc – Pauillac - Pessac-Léognan – Pomerol - Premières Côtes de Bordeaux - Puisseguin SaintEmilion – Sauternes - Saint-Emilion - Saint-Emilion Grand Cru - Saint-Estèphe - Saint-Georges Saint-Emilion - SaintJulien - Sainte-Croix du Mont - Sainte-Foy Bordeaux.


À lire aussi sur le net :


À lire aussi :



    Cet article vous a plu ? Vous le trouvez utile ? Rejoignez la communauté Facebook de ce blog vin pour rester informé de la sortie des prochains articles !